Pourquoi nous sommes attirés vers le sol

Publié le par Eric Durand

Newton a le premier énoncé le principe de la « gravitation universelle » : deux objets, n’importe lesquels pourvu qu’ils aient une masse , s’attirent entre eux.  Vous allez me dire, les objets sur votre table ne se collent pas entre eux ... mais c’est parce que cette force est si faible entre des petits objets que  le simple fait d’être posés sur une table les empêche d’avancer (et en plus il sont aussi attirés par la table , et par tous les objets des environs !) . Par contre, si vous laissez tomber un stylo, pas de problème : il tombe par terre et ça se voit . Parce qu’en fait sa masse est attirée par la masse de la Terre, qui est énorme (6000 milliards de milliards de Tonnes) .

C’est Einstein (encore lui) qui a proposé une explication à cette force d’attraction entre masses qui n’est pas causée par des  forces électriques ( style + vers -) ou magnétiques (les aimants).

Pour comprendre, on peut faire une expérience simple , que je montre parfois  en classe  : 4 personnes tendent un drap, très fort, bien à plat . Un ballon de basket est posé quelque part sur le drap (et ne bouge plus) . Alors on pose un second ballon : les deux ballons  roulent l’un vers l’autre, non pas parce qu’ils sont attirés entre eux mais  tout simplement parce que chaque ballon a déformé le fond du drap.  C’est le raisonnement qu’a tenu Einstein :  le simple fait d’exister fait qu’un objet déforme « l’espace-temps »  (le vide si vous voulez, mais Einstein a établi qu’il y a un lien entre temps et espace ; par exemple plus on se déplace rapidement et plus le temps s’écoule lentement ) . Du coup une paire d’objets provoque une double déformation de  l’espace-temps , qui fait qu’ils vont aller l’un vers l’autre, comme les ballons sur le drap. Mais on peut voir ça comme une force d’attraction ( à la façon de Newton). C’est plus simple ... sauf que Newton n’a jamais compris d’où venait cette force !

Publié dans Pourquoi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article